Ils investissent DéDalE pour un exercice du bac

“J’ai voulu représenter un personnage qui aspire le planisphère, puis le recrache. C’est une façon de dénoncer la société”. Clémentine, bientôt 18 ans, raconte son œuvre. “On appelle ça une pièce”, précise Christian Jégado.
Professeur d’arts plastiques au lycée Saint-Paul, ce dernier enseigne cette année la matière à dix-sept terminales de différentes filières l’ayant choisie comme option pour le baccalauréat. Quatre d’entre eux ont investi la free zone (zone libre, lieu où les artistes peuvent se perfectionner) au dernier étage du lieu de création DéDalE.
La pièce qu’ils ont chacun réalisée fera partie du volet de six créations qu’ils doivent présenter devant un jury pour le baccalauréat. Celle-ci a la particularité d’être in situ et de jouer avec son environnement. L’échéance est tombée, ils passeront avant la fin du mois de mai.