Un planétologue relate la mission Rosetta aux élèves du lycée Saint Paul

Depuis août 2014, la sonde spatiale Rosetta est en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko (surnommée Tchouri). Temps fort de la mission : l’atterrissage du module Philae à la surface de la comète le 12 novembre dernier.

Les données récoltées ont d’ores et déjà permis aux scientifiques de déterminer la composition de la comète et sa structure interne.

Sylvain Bouley, maître de conférences et planétologue à l’Université Paris Sud, utilise les photographies réalisées par Rosetta pour déterminer les processus à l’œuvre sur la comète. A l’initiative de Thomas Appéré, enseignant de physique-chimie au lycée Saint Paul, Sylvain Bouley est venu présenter la mission Rosetta à 200 élèves de Seconde et de Première S lundi 9 mars. Le conférencier a détaillé les enjeux de la mission puis le voyage d’une décennie de la sonde à travers le système solaire afin d’atteindre son objectif. Au passage, la sonde Rosetta a croisé les astéroïdes Steins et Lutetia, l’occasion d’étudier ces corps rocheux qui orbitent entre Mars et Jupiter. Sylvain Bouley a fait part de sa surprise lorsqu’il a découvert la forme en deux lobes de la comète Tchouri : “On ne sait pas encore si elle résulte de la collision de deux comètes ou si c’est une unique comète qui s’érode en son milieu”. Il a également expliqué que la comète est très poreuse, c’est-à-dire truffée de cavités internes comme un gruyère.

Philae a rebondi deux fois avant de s’arrêter à l’ombre d’une falaise

Enfin, il a décrit l’atterrissage mouvementé de Philae : les harpons du module de 100 kg ne s’étant pas déclenchés, Philae a rebondi deux fois avant de s’arrêter à l’ombre d’une falaise.
Les élèves ont été enthousiasmés par la conférence. “Les nombreuses vidéos et les maquettes des sondes nous ont permis de bien comprendre le sujet”, explique Jeanne, élève de Première S. Les questions ont été nombreuses et pertinentes. Cette conférence suscitera peut-être des vocations de futurs astrophysiciens. Quant au module Philae, l’Agence Spatiale Européenne essaie actuellement de le réveiller pour qu’il poursuive ses investigations à la surface de Tchouri.