L’hommage du Campus à Michel Le Corno

Ce vendredi 16 septembre à 8h00, les élèves, professeurs et personnels ont rendu un dernier hommage à Michel Le Corno lors d’un temps fort. Un film de 3 minutes a succédé au discours poignant de Mr Moisan sur notre ancien chef d’établissement.

Nos élèves ont pu mesurer l’aura de ce personnage qu’ils ne connaissaient pas mais dont ils sont les héritiers. Le campus remercie l’ensemble des personnes présentes lors de ce moment.

hommage Michel

Les élèves du campus lors de l’hommage à Michel Le Corno

Retrouvez ci-dessous le texte lu par Mr Moisan lors des obsèques du jeudi 15 septembre.

« Il me revient le redoutable honneur de te dire, Michel les mots que le Lycée Saint Paul-Saint Georges souhaite te transmettre, à l’heure ou nous te disons « Au revoir ».

Michel, tu as dirigé cet établissement scolaire de 1986 à 2011, après avoir été directeur adjoint, avec le Père Benoit Directeur, et enseignant d’allemand à tes débuts, peu après la création du lycée. Ta présence et l’histoire de l’établissement se confondent en presque un demi-siècle, un demi-siècle au cours duquel, et plus spécialement pendant les 26 années où tu auras été chef d’Etablissement, tu auras marqué de ton empreinte le Lycée Saint Paul au départ et Saint Paul/ Saint Georges ensuite. Tu l’auras marqué si intensément que ton nom et le nom du lycée ne faisaient parfois plus qu’un dans l’esprit de beaucoup.

Tu disais souvent que « ce bahut était tout pour toi », et que les jeunes étaient ta grande préoccupation. C’était tellement vrai que nous recevons depuis lundi, des centaines de messages, d’anciens élèves, parents, anciens parents d’élèves, amis du lycée, des messages de Vannes, mais aussi de toute la France et du monde entier. Ton souvenir ne s’efface pas dans l’esprit de ceux qui ont eu la chance de croiser ta route. Bien au contraire, ta disparition ne fait que renforcer l’ampleur de la reconnaissance que, par delà les frontières et les années, les jeunes qui sont devenus adultes souhaitent simplement, mais avec conviction, te transmettre. A la lecture de ces messages, quelques mots reviennent avec force : Merci, donner, les autres.

Merci pour le temps que tu as passé auprès de nous les élèves, nous qui craignons parfois que les vieux ne prennent pas au sérieux les préoccupations des jeunes. Toi, tu savais écouter, prendre le temps, encourager, sermonner, remettre dans le droit chemin, voilà une expression qui revient si souvent. Les jeunes te disent merci pour le regard que tu as posé sur eux à un moment de leur vie ou ils en avaient besoin, à ce moment particulier de l’adolescence où la tentation du néant peut le disputer à l’envie de se construire une existence. Tu savais mieux que quiconque à quel point l’éducation requiert de la chaleur, de l’attention et aussi de la droiture. La droiture pour désigner d’une main ferme les balises qui mènent vers la haute mer, l’attention qui permet de comprendre la complexité des âmes et la chaleur humaine qui donne envie à l’autre de poursuivre le chemin…

omoisan

Mr Moisan lors de son discours du 16 septembre

Les plus grands, qui sont nombreux à t’entourer aujourd’hui de leur affection te disent merci du fond du cœur, merci d’avoir eu la chance de te connaitre, d’avoir eu la chance de rencontrer un homme qui les a appelé un jour à telle ou telle tâche ou responsabilité, qui leur a donné la possibilité à eux également de se réaliser, qui leur a fait confiance. Un homme qui aura passé, sans  le compter, son temps à envoyer un mot de soutien, un coup de téléphone pour féliciter d’une réussite, une parole pour réconforter, qui aura passé son temps auprès des autres, pour les autres.

Sœur Emmanuelle disait, sans doute avec malice, que le Paradis, c’est les autres. Quelle belle expression, que tu aurais pu faire tienne, Michel, tellement elle correspondait à ton sens aigu des relations, à ton intuition que le vrai moteur de l’action humaine, c’est le plaisir du partage, de la rencontre, de la rencontre qui permet d’évoquer un nombre invraisemblable de sujets, la rencontre qui permet de ressentir l’intérêt que l’autre vous porte. Tu savais faire tout cela. Tu savais montrer à ton interlocuteur, l’espace d’une conversation, qu’il était la personne la plus importante au monde. Quel plaisir d’être reconnu pour ce que l’on est, et jamais méprisé pour ce que l’on est pas. !

Chacun, chacune d’entre nous peut voir défiler dans son esprit, les moments passés avec toi, les élèves dans les classes, dans ton bureau, les professeurs et personnels du lycée au fil des rencontres formelles ou informelles, les nombreux amis qui venaient solliciter tes conseils ou ton soutien. Chacun à sa manière, peut considérer comment d’une façon ou d’une autre, une facette de ta personnalité, nous avait particulièrement marqué. Tu savais être drôle, sérieux, passionné, tempétueux même, tu savais t’adresser à chacun sur un registre intellectuel d’une grande richesse, avec cette voix qui restera gravée dans les mémoires.

IMGP6575

Michel Le Corno lors d’un voyage à Berlin avec le lycée St Paul en 2009

Donner enfin, donner du temps, te donner de la peine, te faire des soucis pour les uns et les autres, donner de ta personne, et surtout donner confiance. Voilà, et j’en oublie certainement, parmi les choses que tu as données sans compter. La confiance, c’est la capacité à considérer l’autre capable de faire ce que l’on attend de lui, mais à priori, sans attendre qu’il donne les preuves de ses capacités. Alors la confiance c’est toujours risqué, car le résultat n’est pas inscrit à l ‘avance dans le marbre. Mais la confiance donne toujours de la force à celui ou celle qui la reçoit, comme un don qui permet de marcher plus vite, d’aller plus loin, d’aller jusqu’au bout.

Michel, ce lycée te doit son existence et la place qu’il occupe dans le cœur des Vannetais et bien au-delà. Tu l’as construit avec la volonté de toujours améliorer les conditions de ceux qui y travaillent. Je t’entends déjà répondre que tu n’étais pas seul dans l’aventure, que tous t’ont entouré, oui bien sûr, je le confirme, on est bien entouré à Saint Paul/ Saint Georges, mais il fallait prendre les risques et tu les a pris avec clairvoyance et avec une grande capacité d’analyse dans les situations difficiles.

Michel, c’était un redoutable honneur que de te dire ces mots, ce fut aussi un grand plaisir toi qui les maniait ces mots avec tant de brio. Je me souviens du jour où il y a cinq ans, tu m’as donné les clés du lycée en me disant :  « Olivier , voilà les clés du paquebot, mon gars, à ton tour de ramer ! ». Ces paroles, tu as du les prononcer des centaines de fois, à des milliers de gens qui te disent aujourd’hui leur profonde reconnaissance. De là où tu nous regardes, tu peux avoir confiance, nous continuerons à ramer, continue seulement de veiller sur ton cher lycée.

A l’heure où nous devons nous résoudre à te dire au revoir, je me joins de tout cœur à ces milliers de voix qui te disent, avec une grande sincérité et une profonde affection, Michel, un immense MERCI. « 

Olivier Moisan

Un livre numérique

Un livre d’or numérique est à votre disposition pour tous vos messages à destination de Michel et de sa famille. Une cérémonie sera également organisée le vendredi 14 octobre 2016 à 18h00 au lycée St Paul, nous vous tiendrons informés de son contenu prochainement.

DŽcs Michel Le Corno

Menu